Le Maroc appelle l’Algérie à répondre à l’autonomie en Kabylie et au « Mzab »

hassanboukili_452307420
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le Maroc appelle l’Algérie à répondre à l’autonomie en Kabylie et au « Mzab »

Le Maroc appelle l'Algérie à répondre à l'autonomie en Kabylie et au "Mzab"

Le Maroc a été en mesure d’exposer les contradictions de l’Algérie dans son bilan en matière de droits de l’homme, considérant que le voisin oriental du royaume n’avait aucune crédibilité pour parler des droits de l’homme.

Le Royaume de Genève par intérim Hassan Bokela, à travers une discussion interactive avec le Haut Commissaire aux droits de l’homme Raad Zeid Al Hussein que « la délégation marocaine dénonce l’hostilité de l’Algérie au Maroc et au Sahara, qui a transformé en un dogme. »

Le diplomate marocain a répondu aux mensonges de l’ambassadeur algérien sur les droits de l’homme dans les régions sahariennes du Maroc, dans le cadre de la 37ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

« Nous regrettons l’insistance de l’Algérie aux débats de corruption au sein du Conseil par le différend politique soulevé avec le Maroc sur le Sahara marocain », ajoutant que « la seule chose qui doit être libéré du colonialisme dans notre région, est la pensée diplomatique algérienne de la direction du Maroc et son chemin de l’intégrité territoriale. »

Après avoir confirmé que l’Algérie se trouve dans le site ne sont pas autorisés à donner des leçons au Maroc dans le domaine de la démocratie et des droits de l’homme, il a été jugé Bokela que l’Algérie « pour résoudre ses problèmes internes et de répondre aux demandes d’autonomie pour le peuple de la Kabylie et Almzabeyen, et ceux qui sont exposés Mnadilohm de la persécution, la torture, l’emprisonnement et forcé le silence ou l’exil « Il a dit.

« L’Algérie n’a aucune crédibilité pour parler des droits de l’homme à cause des crimes passés et présents et des violations graves des droits de l’homme commises sous sa pleine responsabilité dans les camps de Tindouf », a-t-il déclaré.

« Ce pays n’a aucune crédibilité pour critiquer les droits de l’homme au Maroc alors que des dizaines de milliers de disparitions forcées sont perpétrées, que les familles des victimes sont persécutées et qu’il y a un refus permanent de visiter les organes du Conseil algérien des droits de l’homme. »

Il a évoqué le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées, le Rapporteur spécial sur la torture et le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

M. Boukili a également déclaré que l’Algérie reste le seul pays du Maghreb qui continue de fermer ses frontières aux visites d’ONG de défense des droits humains et d’empêcher les militants algériens de venir au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Il a noté, d’autre part, aux vagues d’expulsion des immigrés en masse au sud du Sahara, et le traitement des déclarations dégradantes et racistes dans leur droit aux fonctionnaires Samin Algériens, qui « constituent un stigmate pour l’Afrique et appelle à la condamnation à un moment où le monde entier célèbre le soixante-dixième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’anniversaire Almaioah de la naissance de Nelson Mandela « .

Il a appelé dans ce contexte, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de soulever diverses violations des droits de l’homme directement avec l’Algérie, y compris la responsabilité des abus commis dans les camps de Tindouf, en tant que puissance détentrice de la population dans ces camps et la protection des violations de leurs droits, et de présenter un rapport à ce sujet lors de la prochaine session du Conseil en Juin .

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *